Passez sous le pont des Soupirs, découvrez la place Saint-Marc en déguisant vos assiettes le temps d'un carnaval à Venise !

 

Du 22 février au 4 mars prochain, Venise organise son carnaval. Cet événement séculaire est l’occasion pour nous de vous faire découvrir la cuisine vénitienne et ses traditions.
 

Faire la fête avant le Carême

Historiquement toléré par les autorités de l’Eglise, le carnaval avait autrefois pour objectif de savourer les plaisirs de la vie jusqu’à l’excès, avant le jeûne et l’abstinence des quarante jours du Carême. Depuis, les dates des différents carnavals on pu bougé, le calendrier s’est modifié, mais à Venise (où le carnaval existe depuis le Xe siècle), on continue de respecter cette tradition. Et cette année encore, l’événement prendra fin le mardi 4 mars, Mardi Gras et veille du Mercredi des Cendres, jour officiel de l’entrée en Carême.
 

Les produits de la cuisine vénitienne

Alors puisqu’il s’agit de savourer les plaisirs de la vie, savourons les produits vénitiens. Car la cuisine de la cité des Doges peut s’enorgueillir d’un grand nombre de spécialités traditionnelles : gnocchis, risotto, pâtes à l’encre de seiche, encornets farcis, salade vénitienne, sans oublier les fameuses Pasta e Fagioli, une recette de pâtes particulièrement nourrissante aux haricots rouges et au jambon cru.
 

Le carpaccio

Typiquement vénitien, le carpaccio est composé de fines tranches de viande crue, servies avec une sauce dérivée de la mayonnaise. Ce plat fut inventé par Guiseppe Cipriani au Harry’s Bar de Venise, pour une cliente à laquelle un médecin avait défendu la viande cuite. Au fil du temps, on s’est mis a désigné sous le terme de carpaccio, n’importe quel produit, pourvu qu’il soit coupé en très fines tranches. On parle ainsi de carpaccio de courgettes, de melon, de saint-jacques, ou de betteraves. Mais le vrai carpaccio se fait évidemment avec du bœuf et peut se déguster avec de la roquette et des copeaux de parmesan.
 

Le tiramisu

S’il semble que le tiramisu soit né à Sienne, il y a fort longtemps que Venise a adopté ce dessert. On raconte en effet que dès la Renaissance, les Vénitiennes le préparait pour leurs amants, car le tiramisu était réputé aphrodisiaque. Composée de biscuits, de café, de mascarpone et de chocolat, et parfois agrémenté d’œufs ou d’alcool, la recette de base a donné naissance à une multitude de variations : aux fruits rouges, à l’abricot, aux fruits exotiques et même à des recettes salées, comme ce Tiramisu au gorgonzola et aux noix.

 

Vous êtes au courant ?